Nouvelle invention

Des scientifiques de l’École Polytechnique fédérale de Lausanne ou EPFL ont développé une nouvelle invention qui permet de diviser tout type de son en différentes fréquences.

Ce type de prisme acoustique peut trouver sa meilleure utilisation dans la détection sonore. Il y a plusieurs siècles, le célèbre scientifique Isaac Newton a démontré et démontré comment un prisme peut diviser la lumière blanche régulière dans le spectre des couleurs de l’arc-en-ciel. Chaque couleur correspondait à une fréquence différente. Ce type de prisme optique dépend de la réfraction qui divise la lumière en différentes fréquences. Enfin, les scientifiques ont également trouvé un prisme pour le son. Cette nouvelle invention est un prisme acoustique qui peut diviser le son en différentes fréquences en utilisant simplement des propriétés physiques. Contrairement au prisme optimal, ce prisme acoustique est entièrement fabriqué par l’homme, sans l’aide de machines ou de robots. Alors, comment cela fonctionne-t-il exactement? Eh bien, le son qui se décompose en fréquences constituantes dépend de la bonne interaction entre la structure du prisme acoustique et l’onde sonore. Le prisme modifie chaque fréquence séparément de l’onde sonore, sans avoir besoin de composants électroniques. À quoi ressemble le prisme? Le prisme acoustique est un tube en aluminium de forme rectangulaire. Il a dix trous alignés d’un côté. Chaque trou se termine par une cavité à l’intérieur du tube rectangulaire, et il y a également une membrane entre deux cavités. Lorsque le son entre dans le tube par une extrémité, les composants à haute fréquence sortent du tube par les trous proches de la source.

Les basses fréquences à l’autre extrémité sortent par ces trous qui sont éloignés à l’autre extrémité du tube. De même, comme dans le prisme optimal, les sons sont diffusés et l’angle de diffusion dépend de la fréquence de l’onde sonore. La clé du bon fonctionnement du prisme réside dans les membranes. En effet, ils vibrent et envoient le son dans les cavités avec un léger retard en fonction de la fréquence du son. Le son retardé traverse les cavités et est dirigé vers l’extérieur, dispersant le son. Pour faire passer cette invention au niveau supérieur, les scientifiques ont découvert qu’ils pouvaient utiliser le prisme comme antenne pour localiser la direction précise du son au loin, simplement en mesurant la fréquence du son. Du fait que chaque angle de diffusion correspond à une fréquence sonore particulière, il suffirait de mesurer la composante principale de la fréquence du son entrant pour déterminer l’emplacement précis d’où il provient. Cela peut être fait sans même déplacer le prisme acoustique. La clé derrière le prisme acoustique est la conception des membranes, des conduits et des cavités, qui peuvent être facilement miniaturisées ou fabriquées. Cela pourrait conduire à une détection sonore rentable sans utiliser d’antennes mobiles ou de réseaux de microphones coûteux. Cette nouvelle invention a encore besoin de modifications et d’améliorations, mais l’avenir s’annonce prometteur. Cela peut complètement révolutionner la façon dont nous écoutons les sons et fournir aux scientifiques une base solide pour travailler.